Précarité énergétique : quelles solutions pour lutter contre ce fléau ?

Rédigé par Matthieu
18 août 2021
Temps de lecture : 7 min
précarité énergétique

Des millions de foyers subissent malheureusement une situation de précarité énergétique en France. Le concept ne date pas d’hier : il a émergé en Grande-Bretagne il y a une trentaine d’années. Comment résoudre ce problème d’ampleur nationale et rendre la transition énergétique accessible à tous ? Éléments de réponse avec Hellio, acteur engagé depuis plus de 12 ans.


En rénovant grâce aux aides, améliorez votre confort



infographie-essentiel-retenir-hellio-particulier-precarite-energetique

Définition de la précarité énergétique

Le principe de précarité énergétique peut se définir par la difficulté d’un ménage à payer ses factures d’énergie, tout en vivant dans un logement dont les caractéristiques ne permettent pas un confort décent.

Ainsi, cette situation se caractérise par trois facteurs :

  • Fleche_HautHausse des prix de l’énergie : les tarifs du gaz et de l’électricité ont tendance à augmenter en permanence ces dernières années. Ceci ne devrait pas s’arranger.
  • picto-isolation-murs-maisonMal-logement : une maison ou un appartement très énergivore est considéré comme une passoire thermique. Il s’agit d’un bâtiment mal isolé, dont les équipements d’ancienne génération entraînent une consommation excessive en chauffage, eau chaude sanitaire ou encore climatisation. La mauvaise isolation dégrade également le confort des occupants, qui souffrent du froid en hiver et de la chaleur en été.
  • picto-montant-aideFragilité financière : qui dit consommation excessive et prix en hausse, dit difficultés à régler les factures. Ces dépenses en chauffage représentent une part importante du budget des ménages précaires.

État des lieux de la précarité énergétique en France par l’ONPE

L’Observatoire National de la Précarité Énergétique (ONPE) a été créé en 2011 dans le cadre de la loi Grenelle 2. Cet acteur, aujourd’hui présidé par Arnaud Leroy, recueille un maximum d’informations sur le sujet et dresse des bilans réguliers, avec notamment un rappel d’activité annuel qui synthétise les données les plus récentes.

picto chiffre HellioLE CHIFFRE HELLIO : 3,5 millions

C’est le nombre de ménages souffrant de la précarité énergétique en 2019 (France métropolitaine), selon l’ONPE dans son étude du second semestre 2020. Cela correspond à 11,9 % des ménages (plus de 6 millions de Français), soit une légère baisse par rapport à 2018 (12,1 %). Cette donnée se base sur le critère du taux d’effort énergétique : il s’agit de dépenser au moins 8 % des revenus dans les factures énergétiques de son logement, tout en appartenant aux 30 % des ménages les plus modestes.

picto-thermostat-temperatureD’autre part, le gouvernement évalue à 7 millions le nombre de logements mal isolés, et à 4,8 millions le nombre de passoires thermiques, ces habitations qui aggravent la précarité énergétique des occupants. Des travaux d’efficacité énergétique permettraient d’améliorer considérablement ce phénomène. 14 % des Français déclarent avoir souffert du froid au moins 1 jour durant l’hiver 2019-2020, et 4 personnes sur 10 imputent ce ressenti à la mauvaise isolation du bâtiment.

Ce sont d’ailleurs chez les ménages précaires et locataires que les gisements d’économies d’énergie sont les plus importants, selon une étude du ministère de l’Environnement en 2017. Or, ces publics sont également les moins enclins à rénover, du fait d’un manque de budget et d’aides moins élevées que les propriétaires.

Enfin, selon le médiateur national de l’énergie en 2020, 53 % des ménages restreignent leurs consommations de chauffage pour limiter leurs dépenses énergétiques. Les économies se font donc au détriment du confort, étant donné que les travaux apparaissent comme inaccessibles à cause de leur coût et d’un manque de compréhension des dispositifs de financement.


Ne subissez plus les variations de température


Un problème économique, social et écologique

La nature du fléau est hétéroclite, tout comme ses conséquences. Les ménages concernés entrent dans un cercle vicieux où se mélangent les problèmes financiers, sociétaux et environnementaux.

Causes et conséquences de la précarité énergétique

Causes

Conséquences

Un logement en mauvais état sur le plan thermique

Une isolation obsolète, source de déperditions de chaleur, déclenche notamment une surconsommation d’énergie pour offrir aux occupants un confort minimal.

Cet inconfort est également synonyme de souffrance psychologique. Impossible de se sentir bien physiquement et mentalement lorsqu’on vit dans le froid l’hiver et qu’on ne peut se rafraîchir chez soi en période de canicule.

Des équipements vétustes

Chaudière fioul, chauffage électrique d’appoint, ampoules halogènes… les appareils d’ancienne génération sont énergivores et n’assurent pas un confort suffisant.

Ils engendrent des rejets importants de gaz à effet de serre et un gaspillage de ressources (gaz, fuel, bois…).

Un logement mal ventilé et peu chauffé

Ceci entraîne une dégradation plus rapide et un danger pour la santé et la sécurité des habitants : l’humidité et le froid peuvent notamment être responsables de maladies et créer de fait un isolement social.

Des foyers vulnérables disposant de ressources financières limitées

Cette fragilité implique qu’ils ne peuvent investir dans une installation efficace pour chauffer convenablement leur logement, ou payer un chantier d’isolation, même en bénéficiant des aides.

L’augmentation du coût de l’énergie, une tendance depuis des années

Cette hausse des prix influence directement la part des ressources consacrée aux factures d'énergie, et ne fait qu’empirer la précarité.

picto info HellioL’INFO HELLIO :

On parle de valeur verte pour désigner la plus-value d’une maison ou d’un appartement économe en énergie. Cette valorisation est démontrée par l’étude régulière des Notaires de France. Les biens de classe A ou B sur le DPE se vendent plus cher que les D équivalents, alors que le prix des lettres F et G est dévalué.

Force est de constater que les propriétaires de logements BBC (Bâtiment Basse Consommation), BEPOS (Bâtiment à énergie positive) ou passifs ne sont pas touchés par la précarité énergétique. Ils ont en effet les moyens financiers d’acquérir un logement, certes plus cher à l’achat qu’un logement traditionnel, mais qui a pour avantage d’être moins gourmand en énergie.

À l’inverse les personnes aux revenus faibles ou modestes ne peuvent y accéder. Qui plus est, les logements à énergie passive ou positive sont introuvables à la location. Ils se tournent ainsi vers des biens plus accessibles mais aussi moins performants. C’est donc la double peine : des difficultés financières et une passoire énergétique, soit les deux facteurs principaux amenant à la précarité.


Comment enrayer le fléau ?

  • megaphone-actualitesIl s’agit avant tout d’informer et sensibiliser les publics. Il est important d'inviter les individus à ne pas gaspiller l’énergie et à effectuer des économies d’énergie au quotidien. Surtout, cela passe par une meilleure information vis-à-vis des aides financières existantes, souvent bonifiées pour les plus modestes.
  • main-piece-euro-prime-barreParmi les plus de 5 millions de bénéficiaires du chèque énergie envoyé chaque année, des centaines de milliers ne l’utilisent pas. Or, cette somme sert à régler des factures d’énergie ou des actions d’économies d’énergie. Il convient donc de mieux renseigner les particuliers sur ce chèque dont le montant peut dépasser 200 euros.
  • picto-maison-pieces-monnaie-euroEn outre, il faut massifier les aides aux travaux, pour accélérer la rénovation du parc des bâtiments et endiguer le problème de la précarité énergétique. En effet, les bâtiments sont de plus en plus vieillissants et ne peuvent garantir une performance énergétique exemplaire. Mais naturellement, cela a un coût, d’où la création de dispositifs plus simples et avantageux comme MaPrimeRénov’ ou le Coup de pouce CEE.
  • picto-menages-eligiblesDes conseillers publics et privés accompagnent la population dans chaque projet, via différentes structures : PTRE, réseau FAIRE, ADIL... Objectif : guider les Français gratuitement et sur tout le territoire, en leur apportant des réponses techniques, réglementaires et économiques. Certains organismes disposent d’agences physiques locales, d’autres sont joignables par téléphone, courrier ou email.

Retrouvez un confort optimal chez vous


Les aides à la rénovation pour lutter contre la précarité énergétique

Pour réussir la transition énergétique du secteur résidentiel, une des clés réside dans la distribution de primes, subventions et prêts incitatifs. Des mécanismes pas toujours bien connus ni compris, alors que le budget des travaux constitue le principal frein à la rénovation des foyers précaires.

Les CEE au service de la lutte contre la précarité énergétique

Picto_Courbe_Graphique_BaisseLe système des Certificats d’Économies d’Energie (CEE) encourage la réduction des consommations énergétiques en France. Les particuliers qui font réaliser certaines opérations de rénovation énergétique peuvent en effet bénéficier de primes énergie élevées pour financer leurs travaux : isolation, nouvelle chaudière, bouquet de plusieurs actions...

Il suffit que les travaux respectent quelques critères techniques (résistance, performance, sécurité…) et qu’ils soient effectués par une entreprise qualifiée RGE : Reconnu Garant de l’Environnement, un label de qualité. La prime CEE n’est soumise à aucune condition de revenus. Fait notable : elle vise autant les propriétaires que les locataires.

picto astuce HellioL’ASTUCE HELLIO :

Depuis 2016, les « CEE précarité énergétique » encouragent davantage les travaux au profit des ménages en difficulté. Ces derniers reçoivent désormais des primes bonifiées, par exemple pour isoler leurs combles ou installer une pompe à chaleur.

Son montant dépend de la région du logement et des économies d’énergie attendues. Le calcul de l’aide est donc relativement complexe, c’est pourquoi le gouvernement a sélectionné quelques travaux prioritaires et a créé pour eux un forfait simplifié : il s’agit des primes Coup de pouce. Ainsi, leur montant ne tient compte que du statut du ménage. Les plus modestes ont droit à une somme plus intéressante.

Au sein du dispositif des CEE, il existe également cinq programmes spécifiques dédiés à la lutte contre la précarité énergétique (sensibilisation, diagnostics des logements, kits d’éco-gestes, etc.) :

  • SLIME
  • DEPAR
  • Toits d’abord
  • ECORCE
  • MAGE

MaPrimeRénov’

Logo_MaPrimeRenov_Horizontale_RVBCette aide lancée en 2020 a bouleversé le domaine de la rénovation : fini le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), fini le programme Habiter Mieux agilité de l’Anah. Plus question d’attendre l’année suivante pour toucher la prime, ni de se focaliser sur les propriétaires précaires.

Ma Prime Rénov’ s’adresse à tous les propriétaires, et peut être avancée sur le devis en faisant appel à un mandataire comme Hellio. Quelques exemples de projets subventionnés : isolation des murs, installation d’une chaudière biomasse, audit énergétique…

Plus les ressources du bénéficiaire sont limitées, plus le montant de sa prime est élevé. MPR’ est cumulable avec la prime énergie CEE, pour une prise en charge allant jusqu’à 90 %.

Éco-PTZ, TVA à 5,5 %... les autres solutions de financement

Bien que très utiles, MaPrimeRénov’ et les CEE ne permettent pas de couvrir 100 % du coût de la rénovation. Afin de minimiser le reste à charge, des solutions complémentaires existent :

  • Éco-prêt à taux zéro : emprunter jusqu’à 30 000 euros sans intérêts à rembourser, voilà la promesse de l’éco-PTZ, proposé aux propriétaires par de nombreuses banques.
  • TVA réduite : le taux de 5,5 % s’applique automatiquement pour la plupart des actions de performance énergétique. Vous pouvez le vérifier sur le devis du professionnel.
  • Action Logement : le groupe a mis en place une aide à la rénovation jusqu’à 20 000 euros, malheureusement suspendue fin 2020 à cause de demandes trop nombreuses.
  • Aides locales et d’associations : certaines collectivités et organismes comme le Secours Catholique versent des aides supplémentaires.

Hellio s’engage pour accélérer les économies d’énergie

Endiguer et combattre la précarité énergétique : une mission historique du groupe Hellio depuis plus de 12 ans. Nos équipes ont développé une expertise complète pour accompagner les ménages de A à Z, et faciliter leur démarche de rénovation. Pour cela, une compréhension globale du secteur est nécessaire :

  • Connaissance et maîtrise des financements privés et publics ;
  • Déploiement d’un réseau d’artisans partenaires dans toute la France ;
  • Conseils gratuits via nos réseaux sociaux, par email ou téléphone.

Toutes nos prestations ont pour but de diminuer votre consommation et vos dépenses en énergie : pose de panneaux solaires, isolation complète, installation de chaudière à condensation, changement de fournisseur d’électricité ou de gaz...

Picto_Curseur_OrdiPour profiter de nos services sur mesure, nous vous invitons à vous inscrire en quelques minutes sur particulier.hellio.com.


Hellio , votre partenaire de confiance en maîtrise de l’énergie


Tags associés : Conseils

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Isolation
  • Chauffage
  • Rénovation globale
  • Prime énergie

Retrouvez toutes nos solutions en économies d’énergie