Installation, coût, aides : tout savoir sur la VMC pour votre logement

Rédigé par Antoine
Mis à jour le 08 nov. 2021
Temps de lecture : 6 min
vmc salle de bain

Renouveler l’air intérieur d’un logement est essentiel pour le maintenir en état et préserver la santé de ses occupants. La solution : doter son logement d’une VMC, Ventilation Mécanique Contrôlée. Mais quelle VMC choisir ? Hellio vous éclaire sur ce système de ventilation efficace dont l’installation peut être financée grâce à différentes aides.


Bénéficiez de conseils en énergie sur mesure par un expert Hellio



La VMC, comment ça marche ?

icone vmcLa VMC – ou ventilation mécanique contrôlée – est un dispositif permettant de renouveler l’air dans un logement. L’objectif ? Éliminer les polluants et l’humidité en excès qui peuvent dégrader l’état d’un bâtiment (moisissures ou décollement du papier peint) et la santé (troubles respiratoires).

L’avantage d’une VMC par rapport à une simple aération en ouvrant les fenêtres ? Le système renouvelle l’air de façon contrôlée, dans l’ensemble du logement sans le refroidir, quelles que soient les conditions climatiques extérieures.

Mais comment ce système d’aération fonctionne-t-il ? Pour faire simple, une centrale de ventilation intégrée au bâtiment introduit de l’air frais venant de l’extérieur au niveau d’entrées situées sur les façades ou les fenêtres des pièces principales — comme les chambres, le séjour ou le salon. L’air est ensuite balayé vers les autres pièces grâce à des espaces sous les portes. Puis l’air vicié est extrait au niveau des pièces où les dégagements d’humidité et d’odeurs sont les plus importants, comme la salle de bains, les toilettes ou la cuisine.

Au total, le fonctionnement de la VMC repose donc sur :

  • Des entrées d’air sur les menuiseries ou des bouches de soufflage dans les pièces principales ;
  • Des bouches d’extraction dans la cuisine, les WC, la salle de bains et toutes les pièces équipées d’un point d’eau ;
  • Un dispositif de passage en grand débit dans la cuisine afin d’augmenter la ventilation lorsque cela est nécessaire.
picto chiffre HellioLE CHIFFRE HELLIO : 5 à 10

Selon l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI), ce dernier serait 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. De quoi inciter à installer une VMC et à rénover son appartement ou sa maison !


Quelle VMC choisir ?

Si leur fonctionnement global est identique, il existe cependant différents types de VMC, chacun présentant des avantages et des inconvénients.

La VMC simple flux

icone vmc simple fluxAvec elle, l’air frais venant de l’extérieur entre dans le logement, traverse les pièces de séjour et les chambres puis est acheminé vers les pièces d’eau et la cuisine pour être évacué par un groupe d’extraction comportant un ventilateur. Il existe deux sortes de VMC simple flux :

  • les VMC autoréglables qui ont des débits d’air constants, quelles que soient les conditions climatiques extérieures et l’activité à l’intérieur du logement (nombre d’occupants, taux d’humidité) ;
  • les VMC hygroréglables dont le débit d’air varie en fonction du taux d’humidité intérieur.

La VMC double flux avec récupération de chaleur

icone-double-fleche-01Elle a l’avantage de limiter les déperditions de chaleur inhérentes à la ventilation. Ce dispositif récupère la chaleur de l’air vicié et l’utilise pour réchauffer l’air venant de l’extérieur. Il fonctionne ainsi selon un double circuit :

picto info HellioL’INFO HELLIO :

Plus le taux d’humidité est important, et plus l’air est difficile à chauffer. Or, beaucoup de vapeur d’eau est produite dans un logement, qu’elle provienne de la respiration des occupants, du lavage ou de la cuisine. Un logement bien aéré est donc plus facile et rapide à chauffer qu’un logement humide.

  • Le premier circuit insuffle dans les pièces principales de l’air neuf provenant de l’extérieur qui est filtré, préchauffé par un échangeur de chaleur puis pulsé grâce à un ventilateur dans les pièces principales par le biais de bouches d’insufflation ;
  • Le second circuit récupère dans les pièces d’eau et la cuisine l’air vicié qui est filtré et dont la chaleur est récupérée au niveau de l’échangeur puis transmise au circuit d’air neuf.

Plus onéreuse à l’achat qu’une VMC simple flux, la VMC double flux consomme aussi plus d’électricité. L’investissement en vaut toutefois la chandelle puisque ce système permet de réaliser d’importantes économies de chauffage en récupérant jusqu’à 90 % de la chaleur contenue dans l’air vicié. Ce dispositif est donc particulièrement bien adapté aux climats froids.

Les autres systèmes

La VMR (ventilation mécanique répartie) et le puits climatique constituent d’autres solutions de ventilation, mais leur installation est généralement très complexe. En logement collectif, il est aussi possible d’installer une VMC gaz qui évacue l’air vicié en même temps que les produits de combustion de la chaudière ou du chauffe-eau à gaz.


Combien coûte une VMC ?

Le prix d’une VMC dépend du système retenu, de la taille et de la configuration du logement.

Comptez environ :

  • 500 € hors taxes pour une VMC simple flux autoréglable,
  • Environ 800 € pour une VMC simple flux hygroréglable,
  • Un peu plus de 2 000 € pour une VMC double flux.

Attention, il faut également prévoir le coût de la main d'œuvre et des interventions supplémentaires en cas de bâtiment existant, car l’installation s’avère souvent plus complexe qu’en construction neuve.

Ainsi, pour la rénovation d’une maison, le prix peut facilement doubler voire tripler en incluant le matériel, la mise en conformité et la pose de la VMC.

Les aides pour encourager les ménages

Symbole EurosHeureusement, certaines aides financières peuvent vous aider à réduire votre facture d’installation d’une VMC. Elles sont disponibles sous conditions. Avant l’arrivée de Ma Prime Rénov’ en 2020, vous pouviez même bénéficier d’une VMC à un euro.

Voici donc les principales aides possibles :

  • Les entreprises de fourniture d’énergie (vendeurs de carburants, de gaz, de fioul, etc.) peuvent vous accorder des aides dans le cadre du dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE).
  • L’installation d’une VMC à double flux peut donner droit à une aide financière dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov’. Cette prime est accessible à tous les propriétaires occupants, sans condition de revenus, mais aussi aux propriétaires bailleurs et aux copropriétés. Le montant de l’aide — jusqu’à 4 000 € — est calculé en fonction des revenus des ménages, des économies d’énergie et de la production de chaleur que permettent les travaux. Cette somme est estimée avant de démarrer les travaux, et peut être versée par un mandataire qui avance les frais à la place du bénéficiaire.
  • Une TVA réduite à 5,5 % peut être appliquée à l’installation d’une VMC, si sa mise en place est rendue nécessaire par des travaux éligibles à la TVA écologique.
  • L’aide Habiter Mieux sérénité peut être accordée par l’Anah (Agence nationale de l’habitat) pour un ensemble de travaux capables d’apporter un gain énergétique d’au moins 25 %. L’installation d’une VMC peut faire partie de ces opérations. En 2022, ce programme est remplacé par MaPrimeRénov' Sérénité.
  • Les collectivités locales peuvent aussi vous accorder des aides. Vous pouvez simuler les primes auxquelles vous pouvez avoir droit sur la plateforme FAIRE.

Inscrivez-vous gratuitement pour améliorer votre confort chez vous !


L’entretien de la VMC

entretien sortie air ventilation

Installer une VMC grâce aux aides disponibles, c’est bien. Toutefois, mal entretenu, les avantages de ce dispositif diminuent fortement. L’entretien varie en fonction du dispositif choisi. Sachez ainsi qu’il est possible de réaliser vous-même une partie de l’entretien. De temps en temps, l’intervention d’un professionnel dans votre logement est nécessaire.

L’entretien à réaliser vous-même

picto astuce HellioL’ASTUCE HELLIO :

Pour vérifier le bon fonctionnement du dispositif « grand débit » de la cuisine et des bouches d’extraction, posez une feuille de papier toilette sur la bouche et assurez-vous qu’elle se plaque sur la bouche sous l’effet de l’aspiration.

  1. Le volet des bouches autoréglables et hygroréglables doit être nettoyé au lave-vaisselle ou avec de l’eau chaude additionnée de liquide vaisselle.
  2. Les autres bouches se nettoient à l’aide d’un chiffon.
  3. Dépoussiérez également les entrées d’air avec l’aspirateur ou un chiffon.
  4. Veillez par ailleurs à changer régulièrement les piles des télécommandes et des bouches dotées de détecteurs de présence.
  5. Enfin, pour les VMC double flux, remplacez une à deux fois par an les deux filtres (poussières, pollens).

Afin de ne pas perturber les circulations d’air, ne bouchez jamais les entrées d’air ni les bouches d’aération, n’éteignez jamais votre VMC et veillez à laisser un espace libre sous les portes intérieures. En cas de changement de revêtement de sol, pensez à vérifier que l’étalonnage des portes – l’espace vide laissé sous les portes – reste suffisant, en particulier pour les pièces de service comme la cuisine, la salle de bains ou les WC. Si ce n’est pas le cas, rabotez-les pour laisser un espace de 1 à 2 cm au minimum.

Attention également : ne mouillez pas les tresses des bouches hygroréglables. Dans tous les cas, suivez les instructions des notices d’entretien de votre dispositif.

L’entretien par un professionnel

picto-outil-entretien-tournevisTous les trois ans, il est conseillé de faire entretenir sa VMC par un professionnel. Cet entretien est même obligatoire pour les VMC gaz installées dans les logements collectifs.

Le professionnel doit procéder au nettoyage, contrôler le maintien des gaines et le caisson bloc moteur en combles, vérifier les entrées d’air neuf, les ventilateurs, les manchettes de raccordement entre le réseau et l’unité de ventilation et les connexions électriques. Il doit aussi vérifier les mesures de débit et de dépression. Pour les VMC double flux, l’encrassement de l’échangeur et l’évacuation des condensats font également l'objet d'un contrôle. Pour terminer en habitat collectif, il faut inspecter les courroies de transmission.

Si l’installation est facilement accessible et les combles sécurisés, le coût de l’intervention sera d’environ 130 €. Voilà une habitude indispensable pour augmenter la durée de vie et l’efficacité de votre VMC après la rénovation énergétique de votre logement.


Prêt à rénover votre logement ? Hellio vous accompagne de A à Z !


Tags associés : Travaux, Ventilation

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Isolation
  • Chauffage
  • Rénovation globale
  • Prime énergie

Retrouvez toutes nos solutions en économies d’énergie