Quelle alternative à la chaudière gaz ou fioul ?

Rédigé par Antoine
Mis à jour le 22 mai 2022
Temps de lecture : 9 min
quelles alternatives à la chaudière gaz ou fioul ?

Les chaudières gaz — y compris à condensation —, sont d’ores et déjà interdites dans les bâtiments neufs. Dans le parc de logements existants, les nouvelles chaudières fioul le seront à partir de juillet 2022. En effet, ces types de chauffage sont particulièrement polluants et incohérents avec les enjeux de la transition énergétique. Alors que dans le même temps le prix des énergies fossiles explose, la priorité pour de nombreux Français va être à la fois de renforcer l’isolation de leur logement, et d’opter pour un mode de chauffage plus performant. Hellio vous dévoile les meilleures alternatives actuelles à la chaudière gaz ou à la chaudière fioul. Les pouvoirs publics ont mis en place plusieurs primes à la conversion très incitatives.


Faites des économies : optez pour une pompe à chaleur !



PAC et chaudière biomasse : des alternatives aux chaudières fioul et gaz

flamme-gazAprès le charbon, le déclin du fuel et du gaz est engagé dans les foyers français. Le conflit avec la Russie accélère l’abandon de ces combustibles fossiles, très majoritairement importés et dont les prix s’envolent en 2022. Problème : en 2020, plus de 15 millions de logements se chauffaient encore avec du fioul domestique ou du gaz naturel (source : Ceren) ! Il faut alors trouver des solutions, très rapidement, pour équiper les maisons — et les appartements — avec des produits le plus performant et durable possible.

Actuellement, deux systèmes sont particulièrement avantageux en remplacement des chaudières fioul ou des chaudières gaz : les pompes à chaleur (PAC) et les chaudières biomasse. Comment fonctionnent-elles, et quels sont leurs principaux avantages ? Hellio fait le point.

Pompe à chaleur : capter et redistribuer une énergie naturelle

picto info HellioL’INFO HELLIO :

Une bonne chaudière ne peut pas supprimer les déperditions d’énergie induites par une mauvaise isolation. Dans un logement mal isolé, des pertes thermiques continueront à se produire par les murs, le sol et les combles, même si vous optez pour une chaudière biomasse ou une pompe à chaleur ultraperformante. Il faut donc absolument penser à programmer en priorité des travaux d’isolation de votre logement, avant d’investir dans un nouveau mode de chauffage.

Le principe des PAC est très simple, sur le papier tout du moins. Ces systèmes récupèrent la chaleur naturellement présente dans l’air, l’eau ou le sol. Puis les PAC distribuent cette chaleur dans l’air ambiant, dans le réseau d’eau ou de chauffage central.

Polluante et énergivore, une chaudière gaz ou fioul peut être avantageusement remplacée par une pompe à chaleur, après étude de dimensionnement. Les PAC offrent en effet une série d’atouts aux utilisateurs et utilisatrices :

  • Plus écologiques, elles exploitent une énergie verte et renouvelable, avec peu d’électricité pour fonctionner (si bien dimensionnées aux besoins des occupants et aux conditions climatiques).
  • Elles n’émettent pas directement de gaz à effet de serre, car il n’y a pas de combustion. Une solution compatible avec l’enjeu de décarbonation.
  • Économiques, les pompes à chaleur consomment beaucoup moins que les chaudières gaz ou fioul et les radiateurs électriques. L’Ademe estime les économies possibles à 30 % pour une PAC air-eau par rapport au chauffage fioul, soit 900 € en moins par an.
  • Faciles à entretenir, elles doivent être vérifiées tous les 2 ans maximum par un technicien spécialisé.
  • Leur installation est éligible à différents dispositifs d’aide financière de l’État.

Picto_Courbe_Graphique_HausseLa pompe à chaleur peut être géothermique (puise les calories dans le sol) ou aérothermique (puise les calories dans l’air). En 2021, pour la première fois, plus d’un million de PAC ont été vendues en France selon l’Observ’ER.

La chaudière biomasse : se chauffer pour pas cher grâce au bois

Avec les chaudières biomasse, ce sont des combustibles issus de la matière organique qui sont utilisés pour produire de l’énergie. Il s’agit la plupart du temps de combustibles bois. Toutefois, dans le secteur de l’industrie et dans certains grands bâtiments collectifs, d’autres combustibles sont exploités, comme les algues ou les déchets de l’agriculture.

Les utilisateurs de chaudière biomasse peuvent exploiter le bois sous différentes formes :

  • Les bûches de bois, toujours aussi efficaces depuis des milliers d’années !
  • Les plaquettes forestières,
  • Les pellets ou granulés, fabriqués à partir des copeaux et de la sciure (pour en savoir plus, lire le livre blanc Propellet).

Un mode de chauffage économique et plus respectueux de l’environnement

granules-bois-rond-vignetteÉconomiques, les chaudières biomasse utilisent majoritairement le bois, un combustible renouvelable, local (filière en plein essor en France) et parmi les plus abordables du marché. Ces chaudières peuvent à la fois produire de l’eau chaude sanitaire et chauffer les logements. Ces équipements offrent un rendement élevé, pouvant atteindre 100 % pour certains appareils à pellets. De quoi maîtriser au mieux le montant de ses factures énergétiques ! Enfin, les chaudières biomasse sont également appréciées pour l’agréable sensation de chaleur qu’elles procurent.

Bien que ses émissions de CO2 soient inférieures à la chaudière au fioul, il ne faut cependant pas négliger les rejets de substances polluantes (monoxyde de carbone et particules fines). Brûler du bois n’est pas sans conséquences environnementales, d’où l’importance de prêter attention à cette information sur l’étiquette du produit.

Picto_Courbe_Graphique_HausseLes ventes de chaudières à granulés ont explosé en 2021, avec plus du double d’unités achetées par rapport à 2020, soit un total de 31 910.


C’est le moment de changer votre chaudière vétuste !


Bois ou pompe à chaleur ? Tableau comparatif du rendement, prix…

  Pompe à chaleur Chaudière biomasse
Rendement

Le rendement se mesure via plusieurs indicateurs :

  • Coefficient de performance (COP) : ce chiffre indique le rapport entre l’énergie restituée par la PAC et l'énergie consommée pour son fonctionnement. Un COP élevé signifie que la pompe à chaleur a besoin de peu d’électricité pour chauffer correctement. Actuellement, les plus performantes affichent un COP autour de 6 ou 7.
  • Efficacité énergétique saisonnière (EES) : pour bénéficier des aides comme MaPrimeRénov’, la PAC doit afficher une EES supérieure ou égale à 126 % (si basse température) ou à 111 % (si moyenne ou haute température)

Élevés, les rendements varient selon le type de combustible (source : guide Ademe) :

  • Bois bûche : entre 65 et 90 %
  • Plaquettes, granulés ou pellets : entre 75 et 105 %
Prix (très variable, nous vous invitons à demander plusieurs devis pour une meilleure estimation)

Prix HT pour une installation de 7 à 8 kWth :

  • PAC air/air : de 1 800 € à 12 000 €
  • PAC air/eau : de 4 550 € à 15 000 €
  • PAC sol/eau : de 5 500 € à 15 500 €
  • PAC sol/sol : de 5 000 € à 12 000 €
  • PAC eau/eau : de 9 850 € à 19 000 €
Source : rapport Observ’ER du marché des PAC en 2020
  • Chaudière à bûches à tirage manuel : de 1 500 € à 4 500 €
  • Chaudière automatique à granulés : de 5 000 € à 15 000 €
  • Chaudière automatique à plaquettes : de 15 000 € à 22 000 €
  • Le prix de la pose varie entre 250 et 1 500 € pour une chaudière non automatique. Comptez 2 000 à 3 000 € pour l’installation d’un modèle automatique.

Source : guide du chauffage au bois, Ademe (2016)

Facilité d'utilisation / installation
  • Utilisation simple, grâce à une télécommande.
  • Installation relativement facile pour le monobloc ou les deux modules (« split »).
  • Utilisation simple, similaire à celle d’une chaudière gaz ou fioul.
  • Manipulations encore plus faciles si appareil à recharge automatique.
Inconvénients
  • Le rendement diminue lorsque les températures extérieures sont très froides. D’où l’importance de choisir un équipement puissant si vous êtes soumis à des hivers rigoureux, ou d’installer un chauffage d’appoint.
  • L’emplacement de l’unité extérieure doit être bien pensé pour éviter toute gêne visuelle ou sonore.
  • Un emplacement pour stocker le combustible bois est nécessaire.
  • Un conduit d’évacuation des fumées est indispensable, ainsi qu’un raccordement électrique en cas d’appareil automatique.
  • La recharge est régulière, surtout en hiver, si le logement ne dispose pas d’un grand silo.
  • Entretien fréquent nécessaire (enlever les cendres, nettoyer le brûleur, les parois…).
Attention aux émissions polluantes (privilégier le label Flamme verte 7 étoiles).
Production d’eau chaude sanitaire possible ? Oui Oui

picto chiffre HellioLE CHIFFRE HELLIO : 30 %

Selon l’Ademe, pour les chaudières ou les chauffages biomasse, passer d’un rendement de 50 % à 70 % permet d’économiser près de 30 % de bois. Pensez-y si le prix d’un appareil performant vous fait hésiter : les modèles proposés par Hellio dépassent les 90 % !


Remplacement de chaudière gaz ou fioul : d’autres solutions pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire

Tous les logements ne peuvent pas accueillir une pompe à chaleur ou une chaudière bois. Et bien sûr, tous les Français ne souhaitent pas forcément s’orienter vers ces alternatives. Pas d’inquiétude, il y en a pour tous les goûts, les budgets et les caractéristiques techniques.

Les radiateurs électriques

picto-radiateur-chauffageTrès simples à poser, les radiateurs électriques ne nécessitent pas l’installation de conduit d’évacuation des fumées. De même, pas besoin de prévoir de pièce ou d’espace de stockage dédié au combustible.

Certains radiateurs électriques high-tech sont dotés de véritables technologies embarquées : la température peut ainsi être régulée au degré près, pièce par pièce.

Changer son ancienne chaudière par des émetteurs peut être également une bonne solution d’un point de vue environnemental. L’énergie électrique affiche en effet un bilan carbone plus faible que celui du gaz naturel ou du fioul, puisqu’elle provient majoritairement des centrales nucléaires.

Toutefois, les performances des appareils électriques sont inégales. Certains modèles peu chers à l’achat, tels que les convecteurs, sont très gourmands en énergie ! En revanche, certains radiateurs, et notamment les modèles à inertie, offrent une montée en température rapide et un agréable confort de chauffe. Moins chers à l’usage, ces appareils ont toutefois un prix élevé à l’achat.

Les poêles à bois, granulés ou pellets

Alternative économique et écologique, le poêle à bois rencontre aujourd’hui un grand succès : 320 000 ventes en 2021, soit une hausse de 34,7 % par rapport à 2020. Tout comme les chaudières bois, les poêles peuvent utiliser différents types de combustibles comme les plaquettes, bûches, ou granulés.

Mais ils nécessitent la pose d’un conduit pour l’évacuation des fumées, ainsi qu’un raccordement à une prise électrique, pour les systèmes automatiques.

Dans une maison très bien isolée, un poêle peut suffire à satisfaire les besoins des occupants.

Chauffe-eau solaire : une installation économique et écologique

picto-soleil-bleuPermettant de couvrir entre 50 et 80 % des besoins en eau chaude sanitaire, le chauffe-eau solaire capte l’énergie des rayons du soleil pour chauffer l’eau. Il est couplé à un système d’appoint, qui couvre les besoins restants lorsque l’énergie solaire est insuffisante.

Se composant de panneaux thermiques et d’un ballon solaire réservoir, cette solution utilise une énergie renouvelable et inépuisable. Elle limite la production de gaz à effet de serre et offre une très bonne durée de vie, allant de 20 à 30 ans si le chauffe-eau est bien entretenu.

Système solaire combiné (SSC) : eau chaude et chauffage

Encouragé par la prime Coup de pouce Chauffage, cette technologie permet à la fois de chauffer le logement et de produire de l’eau chaude sanitaire grâce à des panneaux solaires.

Ballon thermodynamique pour l’eau chaude sanitaire : viser l’autonomie

Aussi appelé chauffe-eau thermodynamique, le ballon thermodynamique est une pompe à chaleur de petite puissance. Celle-ci permet de produire de l’eau chaude sanitaire (ECS) et de couvrir l’intégralité des besoins.

À la différence du chauffe-eau solaire, le ballon thermodynamique ne nécessite pas de système dédié à l’appoint.

Symbole EurosS’il coûte plus cher qu’une chaudière électrique classique — comptez entre 2 300 € et 5 200 € HT, pose incluse (chiffres 2020) —, c’est un investissement vite rentabilisé. Selon France Rénov’, dans un logement ancien, 11 % de la consommation d’énergie est en effet due à l’eau chaude, et il s’agit du deuxième poste d’énergie !

Réseau de chaleur : une eau chaude disponible en permanence

Permettant de chauffer certains bâtiments publics ou privés via les énergies renouvelables, les réseaux de chaleur produisent de l’énergie grâce à une grosse chaufferie collective couplée à des canalisations isolées. Parmi ses avantages : offrir aux utilisateurs et utilisatrices une température constante, un bon maintien de la chaleur, une eau chaude disponible en permanence et sans limite de quantité.

Picto_Social_Personnages_immeubleCertains offices HLM ont d’ores et déjà choisi cette solution. De quoi aider les résidentes et résidents à mieux maîtriser leur consommation d’énergie, et donc à améliorer leur pouvoir d’achat. Ces réseaux sont de plus en plus alimentées par des énergies renouvelables et de récupération.


Hellio s’occupe de votre changement de chauffage de A à Z


Installation d’une chaudière plus écologique : quelles aides ?

MaPrimeRénov’

Cette prime de l’État est accessible dans le cadre de l’installation d’une pompe à chaleur ou d’une chaudière biomasse. Son montant est variable selon les revenus du foyer et le secteur géographique.

picto astuce HellioL’ASTUCE HELLIO :

Avec le dispositif MaPrimeRénov’, vous disposez de plus d’une prime pour la dépose de votre ancienne cuve à fioul. Celle-ci peut aller de 400 € jusqu’à 1 200 € pour la catégorie bleue !

Pour la pose d’une pompe à chaleur, les ménages éligibles peuvent accéder à une prime de 3 000 à 5 000 € pour un modèle air/eau, et de 5 000 à 11 000 € pour un système solarothermique ou géothermique.

Pour l’installation d’une chaudière bois, le montant de MaPrimeRénov’ s’échelonne de 5 000 à 11 000 € pour un modèle à granulés, et de 4 000 à 9 000 € pour une chaudière à bûches.

À noter, les ménages les plus aisés appartenant à la catégorie MaPrimeRénov’ Rose n’ont pas accès à la subvention pour ce type de chantier. Pour ces ménages, le dispositif se concentre en effet sur les aides aux travaux d’isolation.

La prime énergie

Financée par les fournisseurs d’énergie comme TotalEnergies, Engie ou Shell, la prime énergie vise à encourager la rénovation énergétique dans les maisons et les appartements. Le gouvernement oblige les fournisseurs d’énergie à verser ces financements aux particuliers, sous peine de pénalités importantes.

picto-signes-calculIl n’y a pas de règles définies pour savoir à combien vous avez droit via la prime énergie. Le calcul du forfait est un peu complexe ; le montant versé dépend de divers critères comme : la région du bâtiment à rénover, les économies d’énergie réalisées, l’entreprise qui verse l’aide, etc.

Vous pouvez toutefois estimer à l’avance le montant de cette aide en utilisant le simulateur Hellio.

L’éco-PTZ

Ce dispositif permet de financer les travaux de rénovation énergétique des logements. Son montant maximal est compris entre 7 000 et 50 000 € selon le nombre de travaux. L’installation d’un système de chauffage ou de production d’eau chaude économique en fait partie, pour un emprunt maximal de 15 000 euros.

D’autres aides pour le remplacement de sa chaudière

main-piece-euro-primeDifférentes aides complémentaires sont également mises en place pour faciliter le remplacement d’une chaudière devenue trop énergivore et trop polluante. C’est le cas de la prime Coup de pouce Chauffage, accessible si vous optez pour une PAC air/eau, eau/eau ou hybride performante (qui associe une PAC air/eau avec une chaudière à condensation au gaz naturel), ou encore pour une chaudière biomasse performante.

Vous pouvez aussi bénéficier de la TVA au taux réduit de 5,5 % qui s’applique aux travaux de rénovation énergétique.

Picto_Aides_Collectivités_France_PiècesPar ailleurs, certaines collectivités locales proposent des primes pour l’installation d’une chaudière ou d’une PAC plus performante (exemple : renouvellement du fuel en Île-de-France). Pour savoir si des dispositifs vous sont accessibles, contactez votre mairie, conseil départemental, conseil régional, ou encore votre communauté de communes.


Bénéficiez de primes pour financer votre nouvelle chaudière !


Tags associés : Conseils, Chauffage, Pompe à chaleur, Bois, Gaz, Fioul

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Isolation
  • Chauffage
  • Rénovation globale
  • Audit
  • Panneaux solaires

Demandez vos aides sans attendre
et rénovez moins cher