L’installation d’une pompe à chaleur dans une maison ancienne est-elle judicieuse ?

Rédigé par Antoine
Mis à jour le 17 déc. 2023
Temps de lecture : 7 min
pompe à chaleur pour une maison ancienne

La pompe à chaleur, ou PAC, fait partie des systèmes de chauffage mis en avant par l’Agence de la transition écologique (Ademe). Peu carbonée, économique et efficace, cette solution a tout pour plaire. Mais est-elle adaptée aux vieilles habitations ? La réponse est oui : pompe à chaleur et maison ancienne sont compatibles ! Cependant, les logements construits avant la création des réglementations thermiques peinent souvent à garder l’air chaud entre leurs murs, aux dépens de leurs occupantes et occupants. Des travaux d’isolation sont donc incontournables pour garantir la pleine performance de la PAC. Le choix de son dimensionnement est, lui aussi, déterminant. Hellio vous en dit plus, et vous détaille les aides disponibles pour l’installation de ce type de chauffage.


Un chauffage efficace et des économies à la clé avec la PAC


Maisons anciennes : des biens qui souffrent de leur âge

Votre logement est-il ancien ?

picto-date-calendrier-bleuLorsque l’on parle de maisons anciennes, on fait habituellement référence aux habitations construites avant l’instauration de la première réglementation thermique (RT) en France, qui date de 1974. Avant cela, aucune règle spécifique n’était fixée quant à l’isolation des bâtiments.

En raison de cette absence de normes, les maisons de l’époque sont généralement mal équipées pour faire face à l’hiver. Elles pâtissent d’une isolation défaillante, souvent combinée à un système de chauffage vétuste et peu performant.

Depuis, la donne a changé. Les exigences en matière de consommation énergétique dans les constructions neuves ont été renforcées au fil des différentes réglementations, notamment avec la RT2012 et la RE 2020.

Vieille pierre et DPE : des chiffres parlants

D’après l’Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE), la moitié des résidences principales de l’Hexagone datent d’avant 1975, soit environ 15 millions de logements.

Parmi ces vieux bâtiments :

  • Seuls 1,955 million d’entre eux atteignent une classe énergétique A, B ou C sur leur DPE (diagnostic de performance énergétique).
  • À l’inverse, 4,2 millions sont des passoires thermiques, c’est-à-dire des logements notés F ou G, fortement consommateurs d’énergie.

Ainsi, les habitations âgées de plus de 50 ans représentent 88 % des 4,8 millions de passoires que compte le pays !

picto-isolation-thermique-maisonAutre donnée intéressante : plus de 60 % des passoires énergétiques françaises sont des maisons individuelles (2 952 000 logements). Cela n’a rien d’étonnant, car les maisons possèdent, en moyenne, davantage de parois déperditives qu’un appartement, pour une même surface habitable.

Enfin, la plupart des maisons anciennes se chauffent via des combustibles polluants, qui étaient les plus répandus au moment de leur construction (à l’époque, pas de pompes à chaleur !).

Sans surprise, l’ONRE indique que près d’un tiers des propriétaires et locataires de passoires thermiques brûlent du fioul comme source de chaleur. Sa combustion, comme celle du gaz, génère d’importantes émissions de gaz à effet de serre (GES), nocives pour la planète et sévèrement pénalisées par le critère carbone du DPE. Il est d’ailleurs interdit d’installer une chaudière au fioul (ou au charbon) depuis le 1er juillet 2022. Le biofioul reste toléré car les émissions de CO2 ne dépasse pas le seuil autorisé.

picto chiffre HellioLE CHIFFRE HELLIO : 358 000

C’est le nombre de maisons individuelles situées sous le seuil de l’indécence énergétique. Ces vieilles passoires (G+) sont très énergivores, et interdites à la location depuis le 1er janvier 2023. Leur consommation d’énergie finale excède 450 kWh/m2 par an.


Installer une pompe à chaleur dans sa maison ancienne : un investissement pertinent ?

Pour sortir sa vieille bâtisse du statut de passoire thermique, une seule solution : rénover sa maison, et sortir des énergies fossiles. C’est là que la pompe à chaleur entre en scène ! À la fois simple et innovant, cet appareil de chauffage puise les calories naturellement présentes dans l’air, le sol ou l’eau des nappes phréatiques pour faire grimper la température au sein de votre logement.

La restitution de chaleur peut s’effectuer :

  • Par ventilation : l’air chaud est soufflé à l’intérieur de l’habitation.
  • Par les radiateurs ou le plancher chauffant : l’eau du système de chauffage central circule jusqu’aux différents émetteurs de chaleur.

Dans le deuxième cas, la PAC peut également assurer la production d’eau chaude sanitaire.

Remplacer sa chaudière au fioul par une pompe à chaleur est aussi écologique qu’économique, puisque la technologie repose sur l’absorption d’une énergie renouvelable et gratuite. De plus, cet équipement ne consomme que très peu d’électricité pour fonctionner.

Côté adaptabilité, la PAC convient parfaitement aux maisons anciennes, quelles que soient la surface d’habitation et la composition du foyer. À condition, toutefois, de choisir le modèle adéquat, et d’optimiser l’isolation du logement au préalable.

Améliorer l’isolation de son logement ancien : un prérequis avant l’installation d’une PAC

Les pompes à chaleur sont des systèmes de chauffage très efficaces, mais leur performance est grandement influencée par la qualité de l’isolation de la maison. Les vieilles demeures souffrent fréquemment d’une mauvaise isolation. Un point faible à pallier en priorité : bien isoler votre habitation est une étape absolument indispensable avant d’installer votre PAC, d’autant plus si vous vivez dans une passoire thermique. Autrement, gaspillage énergétique et factures d'électricité salées seront au rendez-vous… Surtout avec la hausse des tarifs de l’énergie.

picto astuce HellioL’ASTUCE HELLIO

Si les offres à 1 € appartiennent au passé, vous pouvez toujours bénéficier d’une prise en charge pour les travaux d’isolation conduits dans votre vieille maison. En effet, la plupart de ces opérations sont éligibles aux principales aides à la rénovation, à savoir la prime énergie et MaPrimeRénov’.

Il existe plusieurs façons de parfaire l’isolation d’une maison ancienne :

  • L’isolation par l’intérieur des combles, des planchers bas, des fenêtres, des murs ou encore des toitures-terrasses,
  • L’isolation par l’extérieur des murs (façades, pignons…) et de la toiture (sarking).

L’objectif ? Éviter ou du moins diminuer les transferts thermiques entre l’intérieur et l’extérieur, afin que l’habitation conserve la chaleur en hiver et reste fraîche en été. Dans les grandes lignes, les travaux consistent à supprimer les infiltrations d’air, à traiter les défauts d’isolation (ponts thermiques), et à appliquer une couche d’isolant sur les parois exposées.

Une fois l’isolation parachevée, c’est tout le foyer qui gagnera en confort thermique !

Bien dimensionner sa pompe à chaleur : un enjeu de taille

Voilà votre vieille maison nouvellement isolée et dûment prête à accueillir la pompe à chaleur. Attention : celle-ci doit être correctement dimensionnée. C’est un critère décisif pour garantir son efficacité ! Explications.

Le dimensionnement d’une pompe à chaleur consiste à définir sa puissance. Pour cela, divers facteurs sont pris en compte, tels que :

  • La surface de la maison : volume à chauffer et puissance de l’équipement évoluent de manière proportionnelle.
  • Le degré d’isolation thermique : plus le niveau d’isolation de la bâtisse est faible, plus la PAC a besoin de puissance.
  • La localisation du logement : le climat de votre région influe sur vos besoins en chauffage.

Une PAC mal dimensionnée, c’est autant d’économies en moins sur votre facture d’électricité :

  • Un modèle sous-dimensionné implique une difficulté à atteindre la température désirée et une perte en confort de chauffe. Avec, par ricochet, la sollicitation plus fréquente d’un chauffage d’appoint.
  • Un appareil surdimensionné se traduit par une consommation excessive d’électricité, et un risque d’usure prématurée.

Conclusion : ne faites pas l’impasse sur l’étape du dimensionnement. En cas de doute ou de problème, des acteurs comme Hellio, expert en maîtrise de l’énergie, vous accompagnent pas à pas dans votre projet de rénovation énergétique. La mobilisation des aides existantes est parfois également dans leurs cordes !


Conseils, primes, travaux : Hellio s’occupe de tout


Quelles aides pour l’installation d’une pompe à chaleur ?

icone-euro-bleuLe prix des PAC est de plusieurs milliers d’euros, et peut atteindre 20 000 € selon le modèle et la puissance. Cet investissement, aussi utile soit-il, n’est pas à la portée de tous et toutes. Le gouvernement a donc déployé plusieurs mécanismes de distribution d’aides afin d’encourager la rénovation du parc résidentiel vieillissant, en particulier les maisons anciennes gourmandes en énergie et chauffées au fioul domestique.

MaPrimeRénov’ PAC

Reine des aides à la rénovation énergétique, MaPrimeRénov’ (MPR) est versée par l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Son montant forfaitaire est proportionnel aux ressources des ménages, et déterminé pour chaque catégorie de travaux.

Les grands critères d’éligibilité à remplir sont les suivants :

  • Vous êtes propriétaire occupant ou bailleur d’un logement loué pour une durée minimum de 5 ans.
  • L’installation de la pompe à chaleur s’effectue dans une résidence principale achevée depuis plus de 15 ans.
  • Vous percevez des revenus précaires, modestes ou intermédiaires (profils MPR' Bleu, Jaune ou Violet). Les foyers aux revenus aisés — profil Rose — ne sont pas éligibles à l’aide pour la pose d’une PAC.

Selon vos ressources, vous pouvez obtenir :

Consultez les plafonds de ressources pour identifier votre couleur Ma Prime Rénov'.

Le Coup de pouce Chauffage

Le Coup de pouce Chauffage consiste en une bonification de la prime énergie, distribuée dans le cadre du dispositif CEE (certificats d’économies d’énergie). Pour faire simple, l’État impose aux fournisseurs d’énergie de contribuer à l’effort de transition énergétique sur le principe du pollueur-payeur. Les vendeurs de combustibles et de carburants doivent ainsi soutenir financièrement les particuliers ou les professionnels dans leurs projets de rénovation énergétique.

Bonne nouvelle : le Coup de pouce Chauffage est attribué sans conditions de ressources. Seul le montant accordé augmente pour les ménages modestes.

picto astuce HellioL’ASTUCE HELLIO

Vous prévoyez de troquer vos radiateurs grille-pain contre une pompe à chaleur air-air ? Ce type de PAC est exclu de MaPrimeRénov’ et du Coup de pouce Chauffage. Mais vous pouvez tout de même demander la prime énergie classique dans le cadre de la fiche d’opération standardisée BAR-TH-129.

Voici les conditions pour en profiter :

  • Vous remplacez la chaudière à combustion fossile (fioul, charbon ou gaz) de votre maison ancienne.
  • Vous installez une pompe à chaleur air-eau, eau-eau ou hybride.

Vous êtes un foyer modeste ? La prime s’élève au minimum à 4 000 € pour une PAC air-eau ou hybride, et à 5 000 € pour un modèle eau-eau.

Vous n’appartenez pas à la catégorie des ménages modestes ? Le montant du Coup de pouce atteint au moins 2 500 € pour les systèmes aérothermiques et hybrides, et vous pouvez, vous aussi, bénéficier d’au moins 5 000 € d’aide pour les appareils géothermiques.

Retrouvez le détail des plafonds de ressources communiqués par le gouvernement.

Les autres aides financières

Selon la nature de la future pompe à chaleur de votre maison, il est possible de bénéficier d’aides supplémentaires :

  • La TVA à taux réduit : le taux est ramené à 5,5 % sur votre devis et votre facture.
  • L’éco-PTZ : vous pouvez contracter un prêt à taux zéro, c’est-à-dire sans intérêts à payer, pour faciliter le financement du reste à charge.
  • Les aides locales : certaines collectivités territoriales soutiennent les particuliers qui rénovent leur maison (régions, départements, communes…).

Quelles alternatives à la PAC pour chauffer une vieille maison ?

picto info HellioL’INFO HELLIO

Le rendement d’une PAC dépend notamment de la température extérieure. Selon l’endroit où vous vivez, une solution d’appoint peut s’avérer nécessaire afin de prendre le relais de la PAC durant la saison hivernale, notamment dans les régions froides. Le poêle à bois est une option idéale : il diffuse une chaleur douce et agréable dans la pièce, et fonctionne grâce à une source d’énergie renouvelable.

Vous souhaitez rénover votre logement sans passer par la case PAC ? La chaudière biomasse constitue une alternative idéale. Dans la famille des systèmes de chauffage adaptés aux maisons anciennes, cet appareil à bois se défend très bien ! En effet, la chaudière à granulés, ou à pellets, permet de vous chauffer efficacement et à moindre coût, tout en réduisant votre empreinte carbone.

Le principe est simple : les granulés, ces petits combustibles formés à partir de déchets de scierie compactés, alimentent la chaudière. Stockés dans un silo à proximité, ils remplacent le fioul ou le gaz comme énergie de chauffage. Lorsqu’elle est couplée à un ballon d’eau chaude, cette chaudière écologique permet également de produire de l’eau chaude sanitaire (ECS).

Tout comme les pompes à chaleur, ces équipements performants sont éligibles à MaPrimeRénov’ de l’Anah, et à la prime CEE.


Votre PAC prise en charge jusqu’à 90 % grâce aux primes


Tags associés : Conseils, Chauffage, Pompe à chaleur

picto rédacteur blanc

Cet article a été rédigé par Antoine,

Concepteur-rédacteur web (articles de blog, livres blancs, landing pages...) et expert SEO, avec une forte spécialisation sur le secteur de l'énergie

Notre équipe de journalistes et rédacteurs publie des articles sur tous les sujets de l'énergie : rénovation énergétique, aides financières, nouvelles lois... Nous nous efforçons de les mettre à jour régulièrement. Toutefois, si vous avez un doute sur une information, n'hésitez pas à nous en faire part.

Pour plus d'informations,

Hellio, votre énergie a de l'impact
Hellio, votre énergie a de l'impact
  • Isolation
  • Chauffage
  • Rénovation globale
  • Audit
  • Photovoltaïque

Demandez vos aides sans attendre
et rénovez moins cher